Le Canada pleure alors que des restes d’enfants sont retrouvés dans une école autochtone

Peu de choses peuvent être aussi accablantes que la mort d’un enfant. Un charnier contenant les restes de 215 enfants a été découvert au pensionnat de Kamloops. L’école avait été créée pour assimiler les peuples autochtones et avait fermé ses portes en 1978. Rosanne Casimir, chef de Tk’emlups te Secwepemc dans la ville de Kamloops, a déclaré que cette découverte préliminaire représentait une perte impensable que les administrateurs de l’école n’ont jamais documentée. « Bien que nous sachions que de nombreux enfants ne sont jamais rentrés chez eux et que leurs familles sont restées sans réponse, cette confirmation apporte une lourdeur particulière à nos cœurs et à notre esprit à travers Secwepemc Ecw. »

Selon le spécialiste du patrimoine Lucas Roque, les pensionnats ont existé au Canada du XVIIe siècle jusqu’à la fin des années 1990. On estime qu’au moins 150 000 enfants des Premières Nations ont fréquenté ces écoles au cours de cette période. Les enfants ont été déplacés de force de leurs foyers et, à l’école, ont souvent été soumis à des abus physiques, émotionnels et sexuels, à la négligence et à la suppression délibérée de leurs cultures et de leurs langues. Les écoles faisaient partie d’une politique coloniale visant à détruire la riche culture et l’identité des peuples autochtones. Ces écoles ont tenté de convertir les enfants au christianisme et ont relégué les peuples autochtones comme des parias dans la société.

Il est difficile de ne pas être affecté par un tel génocide culturel. Comme le déclare Roque, « Ceci est un exemple d’abus de pouvoir par le système colonial. C’est un drapeau rouge qui nous montre que nous ne pouvons accepter ce genre de situation aujourd’hui car nous avons encore du racisme et de l’intolérance envers les autochtones et aussi envers les immigrants au Canada. Le système est injuste envers les peuples autochtones, causant la mort de tant d’entre eux. Nous ne pouvons pas tolérer cela. » Les dortoirs pour les enfants étaient bondés. Lors d’une épidémie, il était impossible d’isoler correctement les patients et les contacts. De nombreux enfants n’ont pas reçu de soins médicaux adéquats, certains mourant prématurément de maladies comme la tuberculose. Plus de 4,000 enfants sont morts en plusieurs décennies.

Chacun de nous peut faire quelque chose pour atténuer la honte, la douleur et la détresse causées par cette découverte. Roque a ajouté : « Il est crucial de reconnaître l’importance de cette découverte. Elle doit être considérée comme un point sensible de l’histoire du Canada. Les peuples autochtones devraient être reconnus comme les véritables propriétaires de cette terre. Les gens devraient faire un effort pour mieux connaître leur histoire. Le patrimoine indigène n’est pas une relique du passé. Il est vivant et une prise de conscience est nécessaire pour construire un pays sain et riche. Le racisme ne devrait pas être toléré contre les peuples autochtones ou tout autre groupe minoritaire. »

Les morts violentes de défenseurs autochtones des droits humains et des terres dans les pays d’Amérique latine ne sont pas rares. Par exemple, il y a eu une énorme vague de violence systématique contre les peuples autochtones en Colombie, en particulier contre le peuple Nasa du Cauca, avec le Conseil régional indigène du Cauca qualifiant cela de génocide.

Les populations autochtones constituent des majorités appauvries dans certains pays d’Amérique du Sud et des minorités marginalisées dans d’autres. En 2019, 11 militants et dirigeants indigènes du Brésil ont voyagé à travers l’Europe pour exiger des mesures contre la menace qui pèse sur leurs vies, leurs terres et leurs forêts sous le gouvernement Bolsonaro. Dans de nombreux pays, au Guatemala par exemple, les populations autochtones sont déplacées de force pour faire place à des programmes agricoles, miniers et hydroélectriques. La recherche de justice pour les victimes se poursuit. 

Le nombre réel de décès peut ne jamais être connu en raison de décès non comptabilisés et de fichiers détruits. La Première Nation Tk’emlups te Secwepemc à Kamloops travaille avec un spécialiste du radar pour compléter le relevé des terrains de l’école. Il attend un rapport complet d’ici la mi-juin.

La prise de conscience, espérons-le, encouragera le changement.

                                                                    Bartika Dutta.

About Author